La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.



    Soutenez le partage de nos traductions originales :

    Les dons de 40€ et plus seront remerciés avec notre guide pdf sur l'acupuncture Tung.

 

    Basé sur des traductions inédites de livres et d'articles chinois, il contient :

  • Une présentation des théories fondamentales.
  • L’introduction et tous les points de la famille Tung tels que décrits par le maître lui-même dans ses ouvrages de 1968 et 1973.
  • Une photo détaillée de chacun des points pour les localiser avec précision.
  • 38 cas cliniques relevés et commentés par les disciples directs.
  • Soit plus de 400 pages dédiées à l'application clinique de l'acupuncture.

 

 

 

Si guan

Posté le 03/09/2020

Les quatre portes frontières

 

« Si guan »

Les quatre portes frontières

 

 

 

 

    1/ Introduction

 

    « Si guan - les quatre portes frontières », sont formées par la réunion des points He gu (GI4) et Tai chong (F3). He gu (GI4) est le point yuan – source du canal gros intestin yang ming du bras. Il est un des quatre points généraux (« si zong xue »). Il se trouve sur le dos de la main, dans l’espace formé par la jonction des métacarpes du pouces et de l’index. Tai chong (F3) est à la fois le point yuan – source et le point shu – fleuve du canal foie jue yin de la jambe. Il se trouve sur le dos du pied, dans l’espace formé par la jonction de la métatarse du gros orteil avec celle du second. Ce sont deux points très importants du corps humain. Réunis, ils portent le nom de « si guan », les « quatre portes frontières ».

 

    La première occurrence à cette combinaison se trouve dans le « Zhen jiu da cheng » (1601), au chapitre sur les points non réguliers, en ces termes : « Si guan, c’est Tai chong (F3) et He gu (GI4) ».

 

    De par sa localisation sur le canal yang ming, He gu (GI4) regorge de qi et de sang. Il est efficace pour tonifier ou disperser le qi et pour promouvoir la circulation du sang. De par sa localisation sur le canal jue yin, Tai chong (L3) a peu de qi et beaucoup de sang. Il est efficace pour tonifier et réguler le sang.

 

 

    2/ Associations traditionnelles des points d’acupuncture

 

    La réunion de He gu (GI4) avec Tai chong (F3) synthétise plusieurs méthodes traditionnelles d’association des points d’acupuncture :

 

Yin (Tai chong F3) - Yang (He gu GI4)

Qi (He gu GI4) - Sang (Tai chong F3)

Organe zang (Tai chong F3) - Entrailles fu (He gu GI4)

Haut (He gu GI4) - Bas (Tai chong F3)

 

    C’est une méthode classique pour réunir le yin yang. Le haut et le bas sont associés, le qi et le sang sont équilibrés, les organes et les entrailles sont régulés. L’équilibre de yin yang est restauré.

 

    Les effets obtenues par l’association des points He gu (GI4) et Tai chong (F3) varient selon les techniques d’aiguilles. Selon les méthodes employés, ils possèdent les facultés thérapeutiques suivants : chasser le vent en ouvrant la surface (diaphorétique), alléger la poitrine et réguler la circulation du qi, tranquilliser et apaiser l’esprit, promouvoir la circulation du sang et défaire les stases, clarifier la chaleur et drainer l’humidité, favoriser le transit, favoriser le cycle menstruel et la circulation des luo pour stopper les douleurs, disperser les poumons et transformer les mucosités, apaiser l’asthme, drainer le foie et soutenir la vésicule biliaire pour défaire les stagnations, tonifier le qi et accroître le sang, tonifier le foie et accroître les reins.

 

 

    3/ Les points « yuan - source »

 

    Selon les théories de la médecine traditionnelle chinoise, le point He gu (GI4) est le point yuan – source du canal yang ming du bras, et Tai chong (F3) celui du canal jue yin de la jambe. Le « Nan jing » nous en apprend plus sur ce que sont les points « yuan - source » :

 

« Sous le nombril et entre le reins se meut le qi, à partir duquel la vie se développe. De la même manière, les racines des douze canaux portent le nom de « yuan - source ». Yuan - source, c’est également le titre donné aux san jiao – trois foyers. Aussi, les endroits où ils marquent des arrêts forment des sources. Lorsqu’un des cinq organes zang ou une des six entrailles fu est malade, on sélectionne toujours son point « yuan - source » ».

 

    Les points yuan sont les lieux où le qi et le sang des organes et des entrailles convergent. Ils sont traversés par le qi primordial (yuan qi). Et ce dernier y marque des pauses ; il y est mis en réserve. Aussi, les points yuan – source sont en étroite relation avec le qi primordial (yuan qi). C’est précisément à partir de leur capacité à promouvoir le qi primordial des trois foyers que He gu (GI4) et Tai chong (F3) tirent leurs innombrables effets thérapeutiques.

 

 

    4/ Interaction « biao ben – terminaison racine »

 

    Les combinaison des points « Si guan » est également en rapport avec la théorie des réseaux de communication du qi « biao ben » (terminaison & racine). He gu (GI4) et Tai chong (F3) se trouvent tous les deux sur les parties « ben » (racine) de leur canal respectif ; soit en dessous des coudes et des genoux. Selon le parcours du qi dans les canaux et leurs connexions avec les organes et les entrailles, ils sont en relation étroite avec les parties « biao » (terminaison) ; soit la tête et le tronc.

 

    Les anciens ont nommé la combinaison de He gu (GI4) et Tai chong (F3) « Si guan – les quatre portes frontières » pour souligner l’importance des points situés en dessous des coudes et des genoux, ainsi que pour mettre en avant certaines de leurs spécificités. En cliniques, les « Si guan – quatre portes frontières » sont utilisés pour traiter les maladies de la face (comme les maux de tête, la paralysie faciale, le spasme hémifacial, etc.) et du tronc (comme les palpitations, la détresse thoracique, Le reflux gastro-œsophagien , etc.) avec beaucoup de succès.

 

 

    5/ Applications thérapeutiques des « Si guan – quatre portes frontières »

 

    a/ Les points « Si guan – quatre portes frontières » traitent les névralgies faciales. D’après ce que nous venons de dire, c’est évident. L’« Ode du dragon de jade » : « Peu importe le syndrome qui affecte la face, une aiguille à He gu (GI4) fonctionne comme un charme ». Les actions principales de He gu (GI4) sont de régulariser le qi, de chasser le vent et clarifier la chaleur, et de ranimer. Les actions principales de Tai chong (F3) sont de régulariser le sang, d’équilibrer le foie et d’apaiser le vent, de drainer le foie et réguler le qi. Ces deux points associés permettent d’apaiser le vent pour arrêter les spasmes, de ranimer et de contrôler les réversions.

 

    b/ En clinique, ils permettent de traiter tous types de maux de tête. L’expérience démontre que la puncture de ces quatre points a un effet vasodilatateur, dû à la régulation du système nerveux sympathique. Par conséquent, les vaisseaux cérébraux sont dilatés et l’irrigation du cerveau est meilleure. Ils réduisent les obstructions des vaisseaux sanguins dans le cerveaux, améliorent la circulation du sang dans la boîte crânienne, et régulent la circulation des canaux et des collatéraux en équilibrant le qi et le sang. Par conséquent le yang du foie s’en trouve apaisé, et la circulation des canaux et des vaisseaux, libérée ; ce qui stoppe les douleurs.

 

    c/ Yang ming a beaucoup de qi et beaucoup de sang, le jue yin de la jambe a beaucoup de sang et peu de qi. He gu (GI4) et Tai chong (F3) ensemble harmonisent le qi et le sang, désobstruent les canaux et stimulent les collatéraux, promeuvent la circulation du qi et éveillent la conscience, tranquillisent et apaisent l’esprit. Ils permettent de traiter les maladies neurologiques avec de bons résultats.

 

    d/ Les points « Si guan – quatre portes frontières » revigorent le qi défensif (weiqi) et le qi nutritif (yingqi), et promeuvent la circulation du sang. Pour traiter les syndromes d’obstructions douloureuses (bi zheng), les « si guan » agissent comme des barrières. Lorsqu’elles sont fermées, ni le vent, ni le froid, ni l’humidité ne peuvent pénétrer. Lorsqu’elles sont ouvertes, ils (vent, froid, humidité) ne peuvent demeurer sur place. En pratique clinique, ces points sont très couramment employés au stade précoce des syndromes d’obstructions douloureuses (bi zheng).

 

    e/ « Su wen » : « Tous les types de vents, vertiges et pertes de connaissance relèvent du foie ». Tai chong (F3) est le point « yuan - source » du canal du foie. En dispersion, il draine le qi du foie et en subjugue le yang. He gu (GI4) calme le foie pour réfréner les spasmes et libère les canaux pour stopper les douleurs. En clinique, ils servent à subjuguer le yang du foie qui remonte, ce qui a d’excellents effets sur l’hypertension.

 

    f/ Les points « Si guan – quatre portes frontières » sont couramment employés pour apaiser le foie, soulager la dépression et calmer l’esprit. Ils ont les capacités de favoriser la libre circulation et d’équilibrer le qi et le sang. Aussi, en clinique, ils sont excellents pour traiter les troubles mentaux.

 

    g/ Hegu (GI4) est le point « yuan-source » du canal du gros intestin. Le gros intestin communique avec les poumons, en raison de la relation « biao li – extérieur intérieur ». Les poumons sont apparentés au métal. Taichong (F3) est le point « yuan-source » du canal du foie. Le foie est apparenté au bois. Le métal des poumons est en mesure de contrôler le bois du foie et de le reconduire vers le bas. Le bois du foie a la capacité de dégager délicatement le métal des poumons. En clinique, « Si guan – quatre portes frontières » sont utilisés pour traiter les maladies respiratoires.

 

    h/ Les « Si guan – quatre portes frontières » sont quatre points « yuan-source ». C’est le lieu des canaux – collatéraux où le yuan qi des organes - entrailles se loge. Ces deux points ensemble peuvent ouvrir les barrières et les orifices, et réguler la montée et la descente pour harmoniser le foie et l’estomac. Cela désobstrue le qi et facilite le transit intestinal. C’est pourquoi on peut les utiliser pour les maladies gastro-intestinales.

 

    i/ Les démangeaisons, l’urticaire, etc. et les maladies de peau en général, sont très souvent causées par le vent pathogène. « Pour soigner le vent, traitez d’abord le sang. Lorsque le sang est normalisé et circule correctement, le vent s’éteint de lui-même », Li Shi-Cai (1588 – 1655). En clinique, He gu (GI4) et Tai chong (F3) servent à évacuer le vent pathogène et stopper les démangeaisons. Comme ils ont les capacités de promouvoir la circulation du qi et du sang et de les régulariser, ils chassent le vent et stoppent les démangeaisons.

 

 

Traduit & partagé par l’Institut Feng Zhen.