La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.



    Soutenez le partage de nos traductions originales :

    Les dons de 40€ et plus seront remerciés avec notre guide pdf sur l'acupuncture Tung.

 

    Basé sur des traductions inédites de livres et d'articles chinois, il contient :

  • Une présentation des théories fondamentales.
  • L’introduction et tous les points de la famille Tung tels que décrits par le maître lui-même dans ses ouvrages de 1968 et 1973.
  • Une photo détaillée de chacun des points pour les localiser avec précision.
  • 38 cas cliniques relevés et commentés par les disciples directs.
  • Soit plus de 400 pages dédiées à l'application clinique de l'acupuncture.

 

 

 

陈皮 – Chen pi – Peau de mandarine séchée

Posté le 03/01/2021

Actions et préparations fréquentes

 

陈皮 – Chen pi – Peau de mandarine séchée

Autres noms : Gui lao, Hong pi, Huang ju pi

 

 

    Saveurs :âcre et amer.

    Nature : tiède.

    Tropisme : canaux de la rate et des poumons.

 

    Actions :

 

    1/ Régule le qi central : syndromes de stagnations ou de déficiences du qi de la rate et de l’estomac, la mauvaise digestion.

 

        En vue de ces actions, on la retrouve dans deux formules majeures :

 

    « Ju pi tang – Décoction de peaux de mandarines » : 6g de Ju pi (peau de mandarine) avec 12g de Sheng jiang (gingembre frais). Actions : libérer les stagnations, stopper la nausée. Traite : les remontées nauséeuses, les mains et les pieds froids par inversion. [Extrait du « Jin kui yao lue »]

 

    « Tong xie yao fang – Remède essentiel pour la diarrhée douloureuse » : 45g de Chen pi (peau de mandarine), 90g de Bai zhu (atractylode à grosse tête), 60g de Bai shao (racine de pivoine blanche), 30g de Fang feng (racine de ledebouriella). Cette quantité est pour 8 prises. Les actions de cette formules sont : tonifier la rate, assouplir le foie, assécher l’humidité, stopper la diarrhée.

 

 

    2/ Assèche l’humidité, transforme les mucosités : syndrome de blocage par humidité trouble, syndrome d’obstruction par mucosités humides, syndrome des poumons qui ne parviennent pas à faire descendre.

 

        En vue de ces actions, on la retrouve dans deux formules majeures :

 

    « Ping wei san – Poudre pour équilibrer l’estomac » : 250g de Cang zhu (racine d’atractylode chinoise, retirer grossièrement la peau, puis les laisser tremper 2 jours dans de l’eau avec laquelle on a lavé le riz auparavant), 156g de Hou po (écorce de magnolia, retirer grossièrement la peau, les préparer au jus de gingembre, puis faire sauter), 156g de Chen pi (peau de mandarine, retirer le blanc), 90g de Gan cao (racine de réglisse, sautée). Réduire le tout en poudre, en prendre entre 6g et 9g par prise, réchauffée dans de l’eau avec 2 tranches de gingembre frais et 2 jujubes. Il est aussi possible de préparer une décoction directement avec : 10g de Cang zhu (racine d’atractylode chinoise), 5g de Hou po (écorce de magnolia), 5g de Chen pi (peau de mandarine), 3g de Gan cao (racine de réglisse), 2 tranches de Sheng jiang (gingembre frais), et 2 Da zao (jujube). On peut également préparer des pilules avec cette poudre. Dans ce cas, en prendre 6 grammes par prise, 2 fois par jour. Actions : assécher l’humidité et promouvoir la rate, circuler le qi et harmoniser l’estomac. Traite : humidité stagnante de la rate et de l’estomac, distensions et plénitudes abdominales, perte d’appétit et absence de soif, bouche insipide avec perte du goût, nausées et vomissements, éructations et reflux gastriques, membres lourds, fatigue et somnolence, miction fréquente, langue rouge avec enduit blanc et épais, pouls retardé.

 

    « Er chen tang – Décoction des deux arrangements » : 15g de Ban xia (rhizome de pinellia ternata), 5g de Gan cao (racine de réglisse, préparée à l’alcool), 15g de Chen pi (peau de mandarine), 7 tranches de Sheng jiang (gingembre frais), 1 Wu mei (fruit de l’abricotier du Japon), 9g de Bai fu ling (partie blanche du poria coco). Actions : assécher l’humidité, transformer les mucosités, réguler le qi, harmoniser le centre. Traite : les syndromes d’humidité et de mucosités, toux chargée, nausées et vomissements, plénitude de la poitrine et du diaphragme, les membres endoloris et lourds, vertiges et palpitations, langue rouge avec enduit blanc et glissant, ou grisâtre, pouls glissant.

 

 

    Précautions : la saveur âcre éparpille, et la saveur amer assèche. La nature tiède assiste le chaud. Si la langue est rouge avec peu d’enduit, cela manifeste une chaleur interne. Dans ce cas, on utilise Chen pi avec prudence (la nature tiède pour provoquer d’avantage de chaleur pathogénique sur le long terme). Il n’est pas envisageable de l’employer non plus en cas de vide de qi et de yin (sa nature asséchante blesserait d’avantage les fluides). On l’utilisera également avec beaucoup de prudence en cas d’hématémèse. Une utilisation de Chen pi peut endommager le qi original sur le long terme. Les applications de Chen pi sont relativement restreintes. On l’utilise quasi uniquement pour les syndromes de la rate et des poumons. Elle est toujours utilisée pour réguler le qi et sécher l’humidité.

 

 

 

Traduit et partagé par l'Institut Feng Zhen